lundi 17 août 2009

Pause Canicule

Fait une chaleur suffocante
mais j'me plains pas,nonon.
"Faut pas s'plaindre, on a pas eu d'été!".
Qu'ils disent presque tous en choeur comme
des abrutis. Les québécois sont obsédés par
la météo.Beau temps mauvais temps, été
comme hiver, c'est un sujet qui les passionne,
sans doute à cause du contraste délirant
de nos quatres saisons mais encore, ils exagèrent
et meublent trop souvent leurs conversations
de considérations futiles contre lesquelles
ils peuvent peu ou pas grand-chose.
Les québécois aiment râler dans le vent sans
associer l'idée à l'action, et ce dans plusieurs domaines.

Tout de même,beau temps pour la raclette de raie
ces jours-ci. Au menu du retour à la maison:
raclette animale sur peau brûlée en sauce canicule.
Miam.

-----

Je bosse dans mon petit camion
bien vitré et non-climatisé.
J'ai l'impression d'être un oeuf
qui frit dans une poêle, ou un insecte que
l'on darde du soleil à l'aide d'une loupe
qui magnifie 100 fois.
Fait chaud là, dans tout l'est de ce pays
bicéphale, politiquement divisé entre
deux cultures et deux solitudes, parfois
réuni par des phénomènes qui le dépassent,
tels Georges Bush ou les tornades spontanées.

------

Ya un chauffeur aujourd'hui qui a mis
un thermomètre sur le tableau de bord
de son véhicule, résultat: 110 degrés Farenheit
qu'il a dit; lui ai demandé combien en Celsius
mais il savait pas car c'était un ancien, avec un
vieux thermomètre du système anglais.
Je sais encore les anciennes mesures
anglaises, mais me suis depuis longtemps
converti au système métrique beaucoup plus
simple et logique.

Il était très ancien indeed, le Canada ayant
adopté le système métrique depuis je dirais
au moins deux décennies.
Anyway,ça doit bien faire dans les 40 degrés
PLUS le facteur Humidex.
Le facteur Humidex...Mot savant des
météorologues pour cantonner approximativement
l'humidité relative et essayer de rationaliser
leur science foireuse qui devient inexacte et inutile
après plus de 24 heures.

....

Je bois des litrons d'eau pour éviter
la déshydratation et le coup
de chaleur; m'en suis même versé
sur la tête aujourd'hui à un feu rouge.
(Ya rien comme verser de l'eau
sur un crâne surchauffé)
Il y avait une gente demoiselle à ma hauteur
dans son char,toutes fenêtres baissées,
rigolant à me voir faire.

Elle dit:

"Fait chaud hein, c'est tout ou rien ici!"

-Ouais! Toujours trop ou pas assez!
Lui ai-je répondu en m'essuyant le visage.

Le feu tourna au vert, et nous repartîmes
souriants, vers nos destinations respectives.
...........


Je fais donc une pause
Vin rosé à votre santé
Billets espacés en éventail
Comme les doigts d'un pied
Dans le sable
De ce court été.

12 commentaires:

Michèle a dit...

Donc, en écrivant un billet sur la température et en l'intitulant "Pause Canicule" tu revendiques haut et fort, et avec fierté aussi j'espère, tes origines ?

Yvan a dit...

Je revendique rien.
De mes origines,
you know dick.
Who's your mommy?

Michèle, ma belle...
Sont des mots qui
vont très bien ensemble,
très bien ensemble.

OAM a dit...

parturiente dans l'azur. (pas très utile comme réflexion, mais par ces temps de grosses chaleurs. c'est la faute à george bush!)

le caractère universel des choses

RAINETTE a dit...

et Raymonde, ça va bien avec vagabonde ou la plus belle du monde ! Maudite canicule ! Ça nous prive de tes doux billets Yvan pas si terrible....

Yvan a dit...

La pause durera quelque temps
avec un billet par-ci par-là
lorsque j'en sentirai l'urgence.
Je tourne un peu à vide sur le
blog et c'est l'été.

Michèle et d'autres me
confortent un peu à l'idée
d'écrire sur mes origines
et mon histoire mais en
même temps je suis réticent à
parler de moi.
Ça m'est très difficile.
Faut pas ennuyer le lecteur
avec son nombril,à moins
d'être assez habile pour
déborder vers l'universel
ou tendre vers quelque chose
de captivant à tout le moins.

Or ces temps-ci je publie
parfois trop vite,puis efface.
En plus de faire un peu
trop dans l'introspection
et l'éditorial perso-émotif.

This is wrong to me in a way.
Et un signe qu'il me faut
ralentir et goûter plus
à la vie réelle pour l'instant,entre autres.
Mon billet effacé
(et qui illustre bien mes propos)
"Art 7e et autres
chiffres" était mal dégrossi
et foireux malgré quelques
bonnes phrases.

Maintenant,pour te répondre
autrement qu'une boutade
Michèle,oui,je suis fier
de mes origines modestes.
;)

Mistral a dit...

Les Québécois n'ont pas le monopole du diaologue météorologique. A Londres, il pleut deux fois par année, six mois chaque fois, et ils en parlent depuis que Guillaume le Conquérant leur a fourni une langue pour en parler.

helenablue a dit...

Hum, suis pas sûre que tu ennuierais qui que ce soi, à dire vrai je pense même l'inverse, mais ton exigence t'honore.
En tout cas la chaleur provoque des rencontres, non?

Pause et repose, laisse décanter et filtre, passe à l'alambic et sort nous le nectar de tes tripes, tu sais le faire n'est ce pas...
A bientôt Terrible.
Kiss
Blue


( Chez nous la canicule est mortelle, take care!)

RAINETTE a dit...

canicule canicule... ça n'empêche pas les gens de crouser à un feu rouge, l'un en se versant de l'eau sur la tête, l'autre en trouvant ça drôle hen hen hen Yvan ?

s.gordon a dit...

"Faut pas s'plaindre, on a pas eu d'été!. Qu'ils disent presque tous en choeur comme des abrutis." Ouain ben je me confesse : je dois l'avoir dit deux-trois fois certain celle-là. C'est sorti tu-seul.

***

"Je tourne un peu à vide sur le
blog et c'est l'été."

Je pense comme toi Yvan : c'est l'été après tout. C'est pas mêlant, on n'a pas eu! Faut pas se plaindre câllaille.

Non mais moi aussi, à propos du bloye. Faut prendre ça easy. Quand ça te reviendra, tu nous reviendras ;)

Yvan a dit...

Ça vaudrait un petit
billet ça Sandy:
"les phrases qui sortent
tu seul".
Toujours aussi inspirante
très chère ;)

Ouais Rainette,
(toujours autant de jasette
héhé)faut bien joindre
l'utile à l'agréable
des fois kesse tu veux.

Une étude sociologique
comparative des obsessions
météorologiques québécoises
et anglaises,way to go
Mister!

Tiens ca me rappelle un fait
divers typiquement anglais
lu dans un quotidien d'ici,
ya je dirais environ un an
ou deux.J'y vais de mémoire.
(La Presse je crois):

Un train bondé en Angleterre.
Un couple debout;
un homme et une femme.
Cette dernière se
penche et pratique
une fellation aussi
preste qu'imprévue
à son homme,au vu et
au su de tous.
Personne ne s'objecte
pendant l'acte,(on
peut cependant en imaginer
un ou deux en train de
sourciller,héhé)
jusqu'à ce que l'homme
allume une cigarette.

Plaintes de passagers
contre le tababisme
dans un endroit public.
Mise à l'amende du couple
pour avoir fumé dans un
endroit proscrit.

Fin de l'histoire.

Yvan a dit...

Mais,mais...
J'oubliais Blue!
T'inquiète avec la chaleur
ici,les extrêmes on connait.

Pour le reste,j'suis dû
pour une mise en terre,
un "ground", pis d'aplomb.

Take care Miss.

É. a dit...

:0)