dimanche 16 septembre 2007

Mini-fée psychédélique

De Satoshi Kon, Japon 2006
Voir ce film en japonais (sous-titres anglais) est un voyage intéressant à plus d'un égard. Je reviens du cinéma du Parc, le seul qui l'offrait à Montréal. La culture japonaise me fascine.
Mes attentes étaient élevées, peut-être trop; je n'ai pas été déçu, loin de là, mais j'ai quelques réserves.
Les fleurs: Un scénario brillant à partir d'une idée géniale: un appareil capable de visualiser et enregistrer les rêves, et d'intégrer l'âme d'une tierce personne dans les rêves d'autrui, avec plusieures réflexions intéressantes sur le sujet et ses secrets révélateurs versus la realité qui peut s'y intégrer ou se désintégrer.
La dernière frontière du cinéma ne serait-t'elle pas de pouvoir filmer ses rêves, en état de veille ou sommeil, les partager, les modifier et s'intégrer à volonté dans ceux des personnes consentantes que l'on aurait choisies au préalable, pour mieux se connaître soi-même et les êtres qui nous sont chers?
Nous passons plus du tiers de notre temps à roupiller et rêver, sans toujours nous souvenir de ce que nous avons vécu. Les rêves nous parlent, et c'est ce que ce film explore assez lumineusement tant dans le visuel que dans l'écrit, avec imagination.
On s'ennuie pas dans ce film en 2D. Pour 16 ans et plus, non pas à cause de violence ou de sexe,
-la facture visuelle en est familiale tant ça m'est apparu "Walt Disney", et c'est là que le film est bancal - mais bien par la complexité du scénario qui demande une attention soutenue à comprendre la teneur souvent philosophique du contenu sous-jacent à la trame narrative complexe.
Je me suis laissé bercer avec philosophie dans ce poème exigeant mais coloré, analytique, et hypnotisant. Musique et bande sonore "cheesy" à souhait.
Le pot: Le 2D ne rend pas justice à ce scénario. Il eut mieux fallu le filmer en réel avec effets 3D. Pourquoi le pays qui met en PREMIER les derniers gadgets technos en marché, filme-t'il encore en 2D? Manque de budget? Choix artistique? J'ai pas de réponse là-dessus.
Gageons que les américains en feront un remake. Réel.
De qualité? On verra peut-être, mais la facture visuelle est défaillante versus le propos et l'imaginaire délirant tenus dans cette mouture. Je rêve d'une réalisation par le même cinéaste en réel, avec de vrais acteurs et un budget à la hauteur de son imagination.
Vaut quand même le détour en salle.
7.0
P.S. la projection n'a souffert d'aucun problème technique, cette fois-ci comme "Inland
Empire" auparavant :)
Une anecdote:
J'ai parlé brièvement à M. Smith le proprio.
-Vous êtes M. Smith?
-Oui c'est moi. (Il m'a semblé très affairé et un peu nerveux)
-C'est un plaisir M. Smith, merci pour votre cinéma.
-Merci à vous de venir.
-Vous nous donner la chance de voir ici, ce qu'on voit pas ailleurs. Merci.
Il ne dit rien et s'inclina en lieu et place. J'ajoutai:
-Les affaires vont comme vous voulez ici?
-Oui ça va bien, on a eu une baisse cet été, mais on a une belle programmation qui s'en vient.
-J'espère que vous serez là un bon bout d'temps. J'aime venir ici.
-Merci, dites-le à vos amis.
-Craignez pas, j'en parle sur mon blog et à mes amis.
-À bientôt alors...
-À bientôt.
J'ai pas eu les couilles d'aborder les copies DVD qui boguent en projection parce que j'ai pas vécu cette expérience premièrement, et il donne voix à des cinéastes méconnus deuxièmement.
Si cela arrivait et que le hasard me mettait sur sa route une deuxième fois, je lui en parlerai peut-être.

3 commentaires:

Antoine a dit...

«Le 2D ne rend pas justice à ce scénario». Je ne sais pas. Je n'ai pas du tout vu ce manquement. Je ne suis pas convaincu. Tu peux élaborer? :-)

Yvan L. a dit...

Avec plaisir Antoine :)

C'est un grand film 2D non-assumé dans le cinéma réel, qui m'est apparu comme la tige d'une fleur potentiellement géniale,mais qui reste à éclore, faute d'acteurs réels avec effets spéciaux dignes mettant le scénario en valeur sans l'assommer gratuitement.

C'est subjectif mon affaire je l'avoue, il n'y a probablement pas de "manquement" comme tu dis.Un questionnement discutable serait plus précis.

J'ai pensé à ça(le format 2D) quelques fois pendant la projection.Peut-être est-ce un détail finalement,je sais pas mais la question s'est posée.

Le film déborde d'imagination et d'intelligence,mais un rendu "réel" avec un budget à la hauteur n'auraient-ils pas mieux servi cette oeuvre?

Faudrait poser la question à Monsieur Satoshi peut-être, mais j'ai jamais été un grand fan du 2D bien qu'un amoureux de l'animation, même si "Paprika" est un sommet dans ce format.Je conteste pas la qualité, je me questionne sur le choix du contenant pour un contenu jubilatoire.

Sans doute était-ce un choix conscient de sa part,mais je persiste à croire que cette forme d'animation est assez limitée côté relief et profondeur de champ esthétique. C'est assez plat et linéaire finalement, côté visuel.

Raison de plus pour célébrer le génie? Moi pas sûr...

Mais d'un autre côté,(on the other hand houhouhh) on peut se la jouer poétique en voyant ce film 2D comme une ode et c'est très bien comme ça aussi.

Ai-je répondu à ta question?
Et toi, tu en penses quoi du film?

Antoine a dit...

Oui je comprends, tu sens que ça t'aurait vraiment ébloui en 3D, comme dans Ghost in the Shell j'imagine.

Pour ma part, j'ai juste été ébloui par l'imaginaire et la complexité de l'histoire, par l'idée. Quand on est ébloui, on ne voit plus vraiment les contours de l'objet, alors je ne peux pas en dire plus. :-) Je vais certainement le revoir en DVD.