vendredi 10 septembre 2010

De la Guitare

Apprendre à jouer d'un nouvel instrument
passé 40 ans d'âge c'est pas une sinécure,
je puis humblement en témoigner.
Quadragénaire avancé, mes mains avec lesquelles
je gagne toujours durement ma vie ont pris des plis
difficiles à corriger sur un manche muni de six cordes
qui lui, exige une extrême précision de touche
pour en extraire les meilleurs sons possibles.

Ça se calcule en millimètres.
Un poil à côté et c'est "Ploink" ou "Poump" ou "Plok";
au lieu de "Tiing" ou "Dziing" ou "Bliing" :
sons qui représentent toute la différence
entre un bruit tombant au sol
ou une sonorité musicale s'en élevant.

Surtout la main gauche,étant droitier.
J'en arrache naturellement avec la gauche
et l'enchaînement des accords.
Les écarts de doigts à produire
et à enchaîner par la main gauche!
La droite ça va mais la gauche pff, je la pratique
deux fois plus avec des résultats
prenant deux fois plus de temps.

Mon prof m'avait averti:
"Apprends-donc sur une guitare classique,
les cordes en nylon te faciliteront la tâche".
Il avait raison en un sens mais je préfère le son
d'une guitare acoustique et je voulais apprendre
à la dure, allez je veux le son d'une acoustique
avec des cordes en métal ouais que je fasse
le plus d'efforts possibles dès le début
pour me pogner l'cul après sur une classique!

Hum.
Ça marche pas tout à fait comme ça.
La classique prend des ongles,
l'acoustique non.Deux sonorités différentes
pour des doigts munis ou pas, sauf qu'apprendre
sur une acoustique c'est bonne chance les aminches
dépendamment de la guitare et sa qualité de fabrication.
C'est très dur sur les doigts,au contraire d'une classique.
Les cordes de métal épuisent les doigts en peu de temps
contrairement aux cordes de nylon permettant
de jouer ou pratiquer bien plus longtemps.

Question de goût et/ou de discipline à mon avis.

Au début j'étais tout feu tout flamme,
muni de la volonté du jeune athlète impatient
d'en découdre devant le défi d'un saut,
d'une course ou d'un lancer, devant l'art .
Assoiffé, motivé et amoureux
des promesses silencieuses faites 
par simples regards posés sur l'instrument
récemment acquis.

Like a kid, I threw myself in
because of love.
Of music.

Pour finalement me heurter au mur du temps
et la vieillesse de mon corps conjugués
nécessitant pratique et patience.
Quand j'avais 10-15-20 ans c'était plus rapide,
j'étais comme une éponge absorbant les connaissances
à la vitesse Grand Vé.
En vieillissant c'est plus lent,
il me faut plus de temps.
Suffit juste de se concentrer un peu plus.
Elle prend une patience d'ange
cette foutue guitare.

Apprendre un instrument de musique
est apprendre à marcher sur une nouvelle planète
avec sa propre gravité ses propres lois
son propre langage sa propre lecture
sa propre communion même.
C'est une façon de parler autrement
que certains artistes ont transcendée.
Tels Jimi Hendrix, Stevie Ray Vaughn,
Bill Frisell, Frank Zappa, Leo Brouwer,
Ralph Towner,Alvaro Pieri, Steve Howe,
Steve Hackett, name it.

La flexibilité/précision des mains et des doigts
pour la guitare est une technique.
La musicalité est autre chose de bien plus grand.
Bien des guitaristes ont sacrifié la musicalité
au profit de leur virtuosité orgueilleuse.
L'émotion est sans égal à mon avis.
Faut l'temps qui faut mais sais-tu chérie, ça a mûri.
J'ai délaissé la pratique pendant quelques semaines
de découragement puis ai repris l'instrument avec progrès.
La vision d'ensemble par délaissement
m'a étonnamment profité.
Dingue comment tu reviens à toucher
l'instrument par après avec une avancée
sans l'avoir pratiqué, par simple détachement.
À la lenteur il faut m'astreindre
puisque j'ai moins de patience.
Je vieillis comme tout le monde.
J'aurai jamais la prétention d'égaler
les grands mais...

En attendant je bois une coupe à l'art
et tout ce qui s'y rapporte.

18 commentaires:

RAINETTE a dit...

Ça semble tellement facile de les voir jouer pourtant! Ça semble couler comme de l'eau de source !

Ça doit coûter cher ces leçons ! Bon je suis là pour t'encourager. Faut pratiquer, pratiquer, pratiquer !

Yvan a dit...

Ah oui pratiquer!
Pratiquer et encore pratiquer.
Ça me coûte rien c'est un pote
virtuose sauf qu'il m'inonde
de devoirs.
Un maître va vite au contraire
d'un débutant.

Yvan a dit...

En échange j'le fais rigoler,
plus une bière ou deux et il
se met à improviser,chose qu'il expérimente rarement en dehors
de chez-moi étant donné son horaire plus que chargé,héhé.

"Win-Win situation".
On est de vieux amis.

Le quatuor dont il est
la tête dirigeante se produira
le 29 septembre prochain à Mourial
si ça t'intéresse.
Je publierai d'ailleurs
une annonce à cet effet
la semaine du 20.

piedssurterre a dit...

Yvan sans t'en rendre compte, tu viens de me donner une grande bouffée d'optimisme avec le récit de ton apprentissage.
Apprendre à jouer de la guitare acoustique sur le tard, en fait c'est comme le reste, faut juste accepter d'avancer à son rythme et ne rien lâcher, mais en douceur et avec sagesse....
Ca me servira je pense dans les moments où j'ai l'impression que jamais je ne trouverai la force et l'énergie de me reconstruire une nouvelle vie...
Bises et merci.
Franfran

Yvan a dit...

C'est comme le désir
d'écriture finalement.
Il faut écrire,écrire
et écrire encore si
quiconque nourrit une
ambition d'écrivain même
déguisée.
Telle est aussi la nature
d'un musicien à mon avis.
Pratiquer,jouer,pratiquer
encore tout en ayant
un aperçu de ce qui fut
avant nous par l'écoute
et la lecture.

Le temps pris pour l'une
ou l'autre de ces activités
est du temps que l'on ne prend
pas pour la création pure.
Mettons ça au pire:
j'estime qu'un être condamné
par le temps le passera mieux
en écrivant ou en jouant
plutôt qu'en lisant ou théorisant sur le sujet.
Encore faut-il bien définir
ses ambitions mais
ce cliché reste vrai
quant à moi:
"C'est en forgeant
qu'on devient forgeron".

Bien sûr il faut lire.
Et connaître un tant soit
peu ce qui fut avant nous,
surtout en 2010 où presque
tout a été fait,
mais perso j'en fais pas
une condition sine qua non
à une création de meilleure
qualité bref;
on aura jamais trop écrit
alors qu'on peut avoir
trop lu.
Le sujet est vaste
et ouvert,évidemment.

Yvan a dit...

Chère FranFran,
tu sais, je ne nourris
aucune ambition autre
que celle d'avoir du plaisir
à mon rythme dans cet apprentissage.

Chu en train d'apprendre
que la conscience du monde
m'entourant est une chose,
en même temps qu'une "run"
d'accords simples à jouer
peut me procurer des joies
incommensurables.

Bises.

Yvan a dit...

Pour tout te dire FranFran,
me suis fait chier
comme cé pas possible
à un moment donné osti.
Putain d'instruments d'musique!
Faut vraiment être attiré
au maximum sinon t'en prends
un autre pis ça finit là.

J'ai bien fait d'abandonner
pendant un temps,voyant
que je bloquais systématiquement.
Comme si le fait de dormir
dessus pendant quelques semaines
m'aideraient dans mes espoirs fous. Ben si,
ça m'a aidé contre toute attente
cibouère! C'est un miracle.

Ça a mûri comme une pêche verte
qui pendouille au bout
d'une branche faiblarde
sous le soleil improbable
des jours qui passent.
Ça m'a beaucoup surpris.

Quand j'ai repris l'instrument
il m'a fallu me rendre compte
que j'avais progressé malgré
l'absence de pratique.
Enfin un peu.Tsé.
Lentement mais sûrement.
Je sais maintenant que
cet instrument et moi
sommes faits pour la vie.

Toute la crisse de vie,
ne serait-ce qu'en tant
que mélomane averti.
;-)

piedssurterre a dit...

Ça a mûri comme une pêche verte
qui pendouille au bout
d'une branche faiblarde
sous le soleil improbable
des jours qui passent.


Ouais, faut juste pas vouloir cueillir le fruit avant qu'il soit mûr et faire confiance à l'arbre.
T'écris bien tsé !

Accent Grave a dit...

Il faut persister, surtout quand le découragement pointe son nez. C'est à ce moment que le progrès devient réalité.

Accent Grave

un homme qui dort a dit...

il rentra chez lui. ses chaussures touchaient le sol. en était-il si sûr ?
il s'arrêta pour pisser dans la flaque qui lui remémorait tant de mémoire terrible, comme un miroir.

héhé, je suis là dedans, surtout les derniers VERS, se dit-il :

http://www.youtube.com/watch?v=szefebHz4qc

Claudio Pinto a dit...

Sully Prudhomme disait : "Etre musicienne, c'est être fée". On est à la fois musicien et musicienne quand touche un instrument de musique.

Tu fais là une superbe apologie de la musique, sa puissance élevante, sa capacité à nous faire renaître, ce qu'elle exige de l'âme, du coeur et du corps de l'exécutant. Seul un musicien sait tout ce qu'elle demande et seul l'adulte apprenant l'instrument sur le tard reconnaît que sans la musique son enfance n'a pas complété son tour.

Le musicien doit être doté de deux qualités qui sont la base même de son art: 1) l'amour de la musique et 2) une écoute exceptionnelle. Si tu possèdes ces deux qualités, tu es déjà musicien, peu importe ton talent.

On travaille souvent mieux loin de l'instrument. Je crois qu'un véritable musicien n'a pas besoin d'un instrument. Schubert n'a presque jamais eu de piano chez lui et Erik Satie ne jouait que très rarement sur le sien. Artur Rubinstein pratiquait, dans l'avion avec partition en main, le concerto qu'il allait jouer le lendemain en concert.

Keep it up à la guitare, cher Yvan. La six cordes acoustique est l'instrument du chantre romantique, plus que le piano même. Je n'imagine pas Neil Young ou Elliot Smith jouer sur une classique. Et qui voudrait entendre Blackbird des Beatles interprétée sur un instrument à cordes en nylon ?

Mon silence sur les blogues s'est senti cette semaine, mais ce matin, après un rêve plein de musique, j'ai écrit un petit quelque chose sur mon autre blogue, celui-là plus personnel. Permets-moi de partager ce texte avec toi: http://soyeux.wordpress.com/

Bon week-end!
Claudio

Yvan a dit...

Les compliments de personnes
sensibles et intelligentes
ne font pas que du bien,
ils réconfortent dans le doute
créatif.Merci.

"Faire confiance à l'arbre",
"Si tu possèdes ces 2 qualités
(l'amour de la musique et l'écoute)
tu es déjà musicien,peu importe
ton talent".

Z'écrivez bien aussi les amis.

Yvan a dit...

J'ajouterai qu'il existe
un répertoire propre
à chacune des guitares,
classique ou acoustique.

L'une ou l'autre offre
moults occasions de réjouir
l'oreille.

anne des ocreries a dit...

Hello Yvan ! me revoilà, j'étais retenue loin du web (je stagnais sur FB faute de temps), je t'explique pas le boulot pour remonter chaque blog ! J'ai le même souci avec mon piano, à en pleurer tant j'y arrive pas ! Mes mains sont trop petites, mes doigts manquent de vitesse, mon oreille mal instruite, mes tendons esquintés. J'aurais bientôt 45 ans, c'était peut-être déjà trop tard pour approcher mon rêve......
eh merde, tiens ! ça me fout les glandes.
Je l'avais rêvé si fort, ce piano.....

Yvan a dit...

Anne chère Anne,
te prends pas la tête
avec les blogues.

Si tu aimes le piano
et la musique
ton rêve est déjà
en plein essor et accompli.
Peut-être mets-tu
la barre trop haute.
J'ai les tendons amochés
aussi et des problèmes
au dos.
N'abandonne pas.
Vas-y mollo et laisse
mûrir,tu verras bien.
Trouve-toi une pièce
techniquement facile
et aimée,ça motive
en s'il vous plait!

anne des ocreries a dit...

Bisous, Yvan, tu me requinques, tiens ! Merci !

Yvan a dit...

Pas de quoi.:)
Allons à nos rythmes.

helenablue a dit...

Moui, doucement mais sûrement, quelque soit la réalité artistique qu'on embrasse sur le tard, elle demande beaucoup de résistance et de patience. C'est là aussi qu'on mesure tout le travail de l'homme de l'art, ça rend encore plus humble... Et la musique implique une grande maîtrise et une incroyable technicité auxquelles on ne pense pas forcément avant de l'avoir appréhender! Mais c'est chouette de se le permettre si on en a toujours rêvé!