vendredi 4 mai 2007

Du rapport à l'argent


Le rapport que les gens entretiennent avec l'argent m'a toujours fasciné.
Dès mon plus jeune âge, j'observais comment les gens prennent l'argent avec leurs mains.
Comment ils en parlent, le traitent, le dépensent, et l'accumulent.
L'argent, le pognon, le fric, l'oseille, la tune, le bacon, le cash...Autant de dénominations que le sexe d'un homme ou d'une femme; autant de visions personnelles d'un compromis de l'humain qui échange son énergie contre des billets, de papier raffiné, de différentes grandeurs et colorés selon les cultures, mais qui signifie la même criss d'affaire à travers ses âges immémoriaux. Valeur universelle et bête, qu'il fait bon observer, me suis-je toujours dit.
"L'argent gagné au jeu est deux fois plus précieux que celui gagné en travaillant"
Martin Scorcese.
L'argent chanceux serait-t'il plus dangereux que l'argent gagné?
"L'argent ne fait pas le bonheur, mais rend le malheur confortable".
Anonyme
Mets-en chose, tant qu'on a la santé. Santé!
"Si la gloire apporte l'argent, j'attends la gloire; si la gloire n'apporte pas l'argent, j'attends
l'argent" .
Jack London
Tu l'as dit bouffi.
"Les seuls problèmes que l'argent peut résoudre, sont des problèmes d'argent".
Kin Hubbard
Voilà la réponse simplissime, cruelle et libératrice! J'espère seulement que tu es pas parente avec le fondateur de la scientologie...
Je me suis remis en mode observatoire récemment à ce propos et les résultats sont riches.
Les employé(e)s de dépanneur par exemple. Il y en a une, qui prend mon argent entre son pouce et son index, délicatement, à chaque fois, ça rate pas. Comme si c'était une plume d'oiseau rare. Un autre me l'arrache des mains comme un chiffon dont il a besoin pour éponger un dégât.
Un autre le prend de ses cinqs doigts franchement, mais sans agressivité.
Je trouve très cinématographique l'image d'une femme comptant du fric dans ses mains...
Prêtez-vous à l'exercice d'observation du "pognage" de l'argent. Vous m'en reparlerez...
Ou bien,vous demandez à votre interlocuteur ce qu'il fait de son argent, si le sujet tombe sur la table...Vous serez surpris des révélations récoltées, car tout le monde veut être écouté, mais personne n'écoute en notre époque... Même entre amis, se demander combien on a dans son compte en banque est un des derniers tabous à abattre entre amis. Demandez-leur:
"Aille toé ma chérie, tu me dirais combien tu as dans ton compte en banque?"
Un film intéressant sur le sujet, sans être transcendant: " Le coût de la vie" avec Vincent Lindon et Fabrice Luchini.
"Money....It's a crime..." chante Pink Floyd.

Et un sujet révélateur, j'ajouterai. :)

3 commentaires:

Jason Béliveau a dit...

Les gens ont peur de dire le contenu de leur compte en banque parce qu'ils sont convaincus que le montant sur leur relevé en dit plus sur eux que n'importe quelle nuit de débauche se terminant par des révélations secrètes entre deux haut-le-coeur. Notre compte en banque ne peut pas mentir. Il ne peut pas se renflouer lorsqu'on veut se la jouer cool et important, il ne peut pas se vider d'un trait pour échapper à une condition parfois gênante (classique du film où le type riche tente de séduire la pauvre prolétaire, vous connaissez la suite), bref il est la représentation parfaite de notre situation dans l'échelle sociale. J'ai signé hier soir mon bail pour la prochaine année et je me suis senti vraiment vulnérable lorsqu'on a parlé de ma situation financière (bref en tant qu'étudiant comment j'allais payer mmon loyer). Dernier bastion de notre intimité dans le monde moderne (en excluant bien sûr ceux qui sont fièrement la représentation de leur compte en banque)?

Yvan a dit...

Bienvenu Jason.
Dernier bastion de l'intimité, bien daccord. Le compte en banque c'est un des derniers tabous, avec la mort.
C'est le thermomètre rectal de notre situation sociale et financière.D'une précision qui ne peut mentir.
"Vous avez une poussée de fièvre monsieur" dit le banquier.

" Docteur je vais me renflouer j'vous jure,zinquiétez pas"

"En attendant je vous prescris un neuro-inhibiteur de dépenses, suivez la posologie sans y déroger, lorsqu'une envie compulsive de dépenser vous prendra, vous serez secoué de spasmes provoquant un relâchement de vos..."

"Ah non pas ça" l'interrompit-il
"promis promis,je veux retrouver la santé heh"

C'est fou,tiens les autos par exemple,symbole incontestable de réussite; prends un beau mec,
fous-le dans une Lada rouillée.À côté tu mets un moche dans une rutilante Ferrari. Lequel des deux va se ramasser en galante compagnie un vendredi soir de drague? Paris ouverts.
J'exagère,mais à quel point l'image est importante au détriment de tout le reste.

J'connais un collègue branché sur l'immobilier, il m'a révélé que les nouveaux secteurs cossus avec des maisons neuves de $500000 et plus comportent à peu près la MOITIÉ de propriétaires tellement pris à la gorge, que leurs maisons sont pour ainsi dire vides, car trop cassés pour la meubler!

"Venez visiter mon tout nouveau château vide, et plein de dettes"

Anyway, j'papote j'papote...
Je trouve que c'est un merveilleux sujet de film.
J'ai oublié de nommer le réalisateur de "Le coût de la vie"
Philippe Le Guay. Bonne petite comédie qui aurait pu être encore plus mordante, mais avec des acteurs en grande forme, Lindon et Luchini en particulier.

Jason Béliveau a dit...

Pour une autre critique de l'argent, voir L'argent (...) de Bresson.

Un film aussi inébranlable esthétiquement que sa position.