lundi 28 février 2011

Belogues, poils au logue et au book.

C'est drôle les blogues, internet, les réseaux sociaux.
Un euphémisme pour abréger le monde au bout des doigts
et une connexion.
Facebook, si on sait s'entourer d'amis qui comptent à nos yeux
peut devenir une source d'information et de partage incontournable.
Un peu comme une très grosse ville, n'importe laquelle sur la planète,
sans frontières encore. Un Klondike sans conséquences ou presque,
pour ceux disposant d'une armada virtuelle et blindée contre les envahisseurs.
Confortablement assis derrière un écran ACL, avec ses ruelles sombres et ses musées,
ses coins dangereux et haineux en opposition aux amoureux authentiques
désirant partager idées et cultures ouvertement, sincèrement.
Des endroits de culture et des endroits de perdition
à deux clics de souris sur un tapis.

Snack-Bars et motels glauques, côtoyant hôtels Deluxe et restos sophistiqués.
Bibliothèques et amateurs pornos, salons de thé et matelas gang-bang.
Tolérance universelle au même niveau que le fanatisme.
Toute chose et toute personne étant relatives, à l'image du monde
dans lequel nous fûmes tous jetés contre notre gré dès la naissance.
Tracer son chemin dans le bordel compliqué de la société, héhé.
That is one question.

Certains écrivent des billets assez insignifiants
puis se rattrapent dans leurs commentaires intelligents.
D'autres au contraire écrivent des billets intelligents
pour se caler ensuite avec des commentaires navrants.
Faut tout lire tout le temps, ça prend un temps fou
évidemment.
Un temps que je ne passe pas à CRÉER.
That is one osti d'good point quand on bosse ailleurs,
dans un domaine de merde qui nous horripile
et nous draîne l'énergie pour gagner sa croûte.

On parle parfois lorsqu'il vaudrait mieux se taire
et on est aphone lorsqu'il faudrait parler.
Je m'inclus dans ces deux catégories
mais il m'arrive d'être entre les deux.
Parfois même en-dessous et au-dessus.
Tel un animal fou-rationnel.

Il vient un temps où il me faut choisir pour un temps.
Lire ou écrire.
Observer ou agir.
Créer ou apprécier.

Between a rock, and a hard place.

10 commentaires:

manouche a dit...

Choisir le temps... du plaisir de l'instant...

anne des ocreries a dit...

Yes man, c'est exactement ça ! mais le plus fou, le plus dingue, là-dedans, c'est que tu finis toujours par les rencontrer, les gens qui te conviennent.....avec qui tu te sens bien !

Simon Dor a dit...

"Il vient un temps où il me faut choisir pour un temps.
Lire ou écrire.
Observer ou agir.
Créer ou apprécier."

Absolument, très bien dit. Chercher à lire quand on écrit, c'est facile, parce que c'est par amour de la lecture qu'on écrit. Faut se fouetter parfois.

Yvan a dit...

Pour l'instant c'est mon emploi
qui m'fouette comme un bourricot.
Si je trouvais un emploi connexe
à l'écriture,ça soulagerait
grandement ma santé mentale
et mon dos. ;)

En attendant de régler cette question,(faut gagner sa vie)
je vais devoir rogner ailleurs,
faire des sacrifices qui me répugnent, mais tsé...
La vie c'est ça aussi,
pour la majorité d'entre nous.

We're not alone in this case!

piedssurterre a dit...

"Lire ou écrire.
Observer ou agir.
Créer ou apprécier."

Juste un petit "et" à la place du "ou"

Quand on arrive à faire un peu de tout ça, de temps en temps, pas tout en même temps, on se sent vivant, et ça, même nos boulots de merde ne peuvent pas nous l'enlever non ?

Yvan a dit...

Bien sûr que non FranFran.:)
S'il fallait m'enlever
les tripes,je crèverais
d'intoxication assez
rapidement.
"Jack of all trades,
master of none".

Un petit peu de tout dilué,
mais rien d'une chose concentrée.

Les âmes d'artistes en souffrent
souvent lorsqu'elles louent
leur corps à un profit autre
que le leur; fut-il bien payé
avec 2 jours de congé par semaine.

You know what I'm talkin' about,
do you.
Anyway,on voit pire ailleurs!

Bises.

Accent Grave a dit...

Vous êtes tourmenté aujourd'hui.

Le WEB est à l'image de ce que nous sommes, pleins de contrariétés. Comment pourrait-il en être autrement?

Je serais porté à choisir l'action à la contemplation. Mais il faut aussi savoir s'arrêter sans bien sûr vouloir tout lire. Il faut choisir.

Accent Grave

piedssurterre a dit...

Yes I know
And yes, I do.

Bises too.
:)

Jean-François Thibaud a dit...

Wikileaks a été orchestré pour plusieurs raisons par les services secrets américains, C'est une opération très complexe, mais il ne fait pas de doute qu'Assange est pris là-dedans comme un "dupe".

Toutes ces manoeuvres sont destinés à préparer les révolutions de couleurs. Aucune info révélé n'a menacé quelque pouvoir impérialiste que soit. Si ce n'est accentuer le cynisme des populations occidentales.

Mais essayer de comprendre ces choses demandent beaucoup de temps et d'efforts.

Une intro prudente par Julie Lévesque de Mondialisation.ca

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22725

Et la grosse baffe de Tarpley:

http://tarpley.net/2011/01/20/wikileaks-cognitive-infiltration-operation/

J'ai rien lu encore, mais m'est avis que l'état québécois va être durement discrédité.

J

Yvan a dit...

Tu t'es trompé de billet JF,
pas grave.
Merci bien des liens,
je reviendrai sur le sujet
prochainement.