lundi 22 février 2010

Steak "Avatar".




Moitié légumes, moitié viande rouge et bleue
dans les nuages fantaisistes du scénariste-réalisateur
James Cameron,(auteur de Titanic et Terminator).

Pendant que les vils terriens militarisés à l'extrême
veulent exploiter la planète Pandora pour son minerai,
une équipe de scientifiques en parallèle
peu probable et mal dirigée
-(surtout aux dialogues,indirectement au scénario)-
veut au contraire connaître et approfondir
sa connaissance de cette civilisation
proche de la nature à la sauce Bouddha consensuelle.

Les critiques que j'ai lues sont mitigées,
je le suis aussi. C'est loin d'être mauvais,
mais c'est loin d'être un chef-d'oeuvre aussi.
De voir ce film dominer les nominations aux Oscars
m'indique que cette institution manque nettement
d'inspiration sinon de compétence, tels les Golden Globes.

Anyway, le propre des courses aux prix
est de se célébrer soi-même et non pas la forme d'art
que l'on prétend juger objectivement.
Ces manifestations sont souvent le fait
de quelques primadonnas triées sur le volet
arbitrairement privilégiées et n'ayant rien à voir
avec l'art souvent,n'étant nullement créateurs,
particulièrement cette année où cet Avatar domine.

On a dit de lui que c'était une révolution du 7e art.
Que nenni. Une évolution, au mieux.
Au pire il est un revamping écolo
d'un scénario maintes fois visité.

Si le film se laisse regarder avec plaisir
par sa qualité générale dans la réalisation
pleine d'imagination dans les scènes d'action
détaillées et imaginatives, il en va autrement
de son scénario bancal et manichéen.

Les bleus écolos indigènes sont tous bons,
les humains profiteurs sont tous mauvais,
ou presque. Noir ou blanc, or c'est faux.
La vie est grise, toujours entre les deux
elle m'est apparue.

Un Western de science-fiction sans grandes nuances
mais bougrement efficace,ça jette en face d'imagination.
Les scènes d'action sont impressionnantes.
En plus d'un discours écolo bienvenu
en notre époque nihiliste et destructrice.
Voila ce que je retiens de ce méga-succès
d'un canadien successful in U.S en plus
de son discours qui trouve son talent
dans sa version verte en communication
au contraire de l'autre, destructrice.

La vérité ne me sera jamais si claire
qu'elle ne parait à James Cameron.
J'élaborerai toujours entre les deux.

Rafraîchissant de verdure et d'imagination,
mais pas sans feuilles mortes.

15 commentaires:

helenablue a dit...

Les "bleus" bons, Blue bonne! que nenni?

Pas encore vu cet avatar pour ma part...

Yvan a dit...

;-)

The blues,ze blouze,
et te voilà.
C'est assez pour moi.
Tu verras si,pour toi.

RAINETTE a dit...

Pas vu non plus ces Stroumpfs nouveau genre...j'attends le DVD, comme d'habitude

J'aime bien ton billet par ailleurs.

Yvan a dit...

Ça vaut la peine d'être vu
sur grand écran pour juger
de sa vraie mesure,
tout de même.
3D ou pas.

RAINETTE a dit...

ma nouvelle HD 24 pouces c'est pas suffisant tu crois ?

On aurait dû acheter un cinéma maison aussi !!!!

:)

Yvan a dit...

Ben tin,tant qu'à faire!
C'est des grands Schtroumpfs.
Très grands.
Ils tirent des flèches grandes
comme des javelots.

RAINETTE a dit...

Chose certaine, sont bleus ! Comme les Schtromphettes !



Les Schtroumpfs de Coaticook ! Ou de Cowansville.

Bon j'me casse.

Éléonore a dit...

Je l'ai vu la première semaine de sortie :)
J'en parle ici
http://yadesmots.blogspot.com/2009/12/il-faut-voir-avatar.html

et je serai très heureuse de le voir en 3D.

Je pense que c'est un film qui ravive notre coeur d'enfant. Il y a des films qu'on voit pour les images et l'atmosphère, des films pour le secénario et le suspence et des films, plus rares, qui sont la parfait amalgame des deux. Ceux-là sont des chefs-d'oeuvre.

C'est vrai que pour moi Avatar n'est pas un chef-d'oeuvre mais un très très très bon divertissement. Du rêve en pixel, c'est quand même bien non ?

É. a dit...

C'est Pocahontas dans l'espace. Arke.

piedssurterre a dit...

Et quand ils sollicitent le Grand Esprit qui protège leur monde, ils se connectent les uns aux autres par leurs grandes et longues nattes. Ces scènes là sont un peu, comment dire, trop ?

Daniel Duval a dit...

Dans le genre c'est très bien fait. Il est vrai que le discours y est plutôt manichéen et certains des personnages au caractère trop caricatural. Tout de même les images y sont magnifiques autant dans les grandes images d'une nature magnifique créée en trois dimensions sur grand écran que dans l'expression des personnages en bleue...

Yvan a dit...

Je voulais voir un spectacle
pas trop con,j'en ai vu un.
Je m'attends pas à être
apostrophé philosophiquement
par James Cameron et cie,
plutôt bien diverti sans avoir
la fâcheuse impression d'être
abruti.
Mes attentes étaient donc
en conséquence.De plus,
faudrait pas espérer une révolution de la part de
producteurs ayant investi
des centaines de millions
sur un produit voulant plaire
à ma tante,ton oncle,cousin
Roger et son ancêtre.
Je gardais en tête que
tout ce fric aurait pu servir
d'autres auteurs plus talentueux
tout en sachant qu'autant d'argent
devait être rentabilisé
avec le moins de risque possible
dans la logique Hollywood.

Comment des images de synthèse
peuvent coûter autant à produire?!

Combien de films d'auteurs
prometteurs ou établis
aurait-on pu produire avec
le même montant?
Poser la question
est y répondre:
plusieurs.
;)

anne des ocreries a dit...

J'ai pas vu - j'ai peut-être eu tort, mais les fables moralistes à grand spectacle portés aux nues sur dithyrambe, je me méfie, ça ne m'inspire pas du tout.

helenablue a dit...

Je suis partagée, mon petit dernier est rentré remué par ce film, il a pleuré beaucoup dans mes bras, m'a encouragé à le voir...
Tu sais Anne ( pardonne moi Yvan) en tout cas concernant mon enfant il ne l'a pas vécu comme ça, il était réellement chamboulé, genre " tu sais maman, les humains ont encore fort à faire pour être humain", et puis ...
Bah! Mon aîné a plus mitigée une réaction similaire, comme nous sans doute face à d'autres images, je crois qu'il nous faut décrypter en permanence, même si le tronc est commun l'expression en est bien différente mais n'est ce pas c'est l'échange qui enrichit, si nous étions tous semblables à pensée unique et goût ratissé, rien de même ce que nous partageons ici n'aurait lieu d'être...
Je reste dans l'expectative !
Mais je dois dire qu'à entendre les générations plus jeunes, ça mérite de s'y pencher.

Yvan a dit...

Nul besoin de t'excuser dear.
La voix des enfants
a sa place ici.