mardi 15 mars 2011

L'homme invisible

Et son milieu de vie emménagé pendant des décennies,
effacé d'un coup de balais d'eau en quelques minutes.

Factures et coût humain à la hausse.
Revenu moindre pour les terriens
qui se sont crus au-dessus de la nature
dans leurs prévisions orgueilleuses.
Ils se sont cru maîtres
alors qu'ils étaient élèves.

La belle affaire.

C'est pas très brillant d'inséminer
des bombes à retardement partout
sur le sol,quand on a pas assez d'imagination
pour entrevoir le pire des scénarios
et ses conséquences potentielles sur une faille
sismique majeure.

Avec leur avant-garde techno-zen
ils auraient pu consacrer tout le fric
du nucléaire vers d'autres sources alternatives
comme le soleil et l'éolien, la géothermie, les vents,
la bio-énergie...Ben oui, c'est aussi con que cela.
Le monde ne serait pas comme nous le connaissons
maintenant si on avait consacré le pognon là
où il le fallait à l'époque,

Fuck.

Le pire dans tout ça selon moi
est que le charbon et le pétrole vont connaître
un regain de popularité suite à cette crise.
On va se rabattre sur des racines
polluantes plus "rassurantes",
au lieu de bosser vers une fleur plus prometteuse.
En ce sens l'abandon ou le moratoire temporaire
possible du nucléaire est ni une bonne,
ni une mauvaise nouvelle à ce jour quant à moi.

Elles existent pourtant depuis longtemps
ces énergies alternatives. J'ai beau répété
ben non on comprend rien.
On a plutôt choisi d'investir dans les divers lobbies
écono/politiques omniprésents. Ben cé ça.
Vivons avec alors.


La marche de ce monde est désespérante
et répétitive dans sa connerie.
On veut pas apprendre, c'est clair.
Et pathétique.

Mes pensées aux ouvriers/ingénieurs actifs
dans les centrales endommagées
et aux populations avoisinantes.
Niveau 6 les amis, proche parente de Tchernobyl.
Infos ici appréciées.

Et un visage anonyme en attendant les heures qui suivent.



Un artiste chinois.




14 commentaires:

helenablue a dit...

Effroyablement pathétique, oui!

jp civilisé a dit...

sans compter que si on arrivait à convaincre les masses de se ruer sur les possibles sources d'énergies nouvelles (déjà bien vieilles, comme tu dis) et quasi inépuisable à vue d'oeil, resterait encore à gérer leur libido, ce qui est en train de se faire aussi, en parallèle, me semble, mais de manière encore un peu trop chaotique et expérimentale à mon goût d'humble égo-chatré. en fait y'a tellement de possibilités dans la vie, qu'on peut très bien rester le cul assis sur une chaise sans jamais rien foutre dutout, même pas se branler, mais y'aurait encore des gens pour nous le reprocher. alors que faire ?

des solutions, y'en a des milliards de milliards de milliards. comme copulent des milliards de pensées uniques...

bordel!

Yvan a dit...

http://www.rue89.com/planete89/2011/03/14/accidents-nucleaires-au-japon-ca-depasse-le-pire-cauchemar-194827

Entrevue intéressante avec un expert allemand indépendant.
On est pas sorti de l'auberge.
Que dis-je...Impossible
d'en sortir,la terre c'est notre maison et on l'a agressée
sans arrêt en la polluant
tout en croyant pouvoir dominer
la nature.La race humaine
s'est elle-même mise dans une
éprouvette en ignorant sciemment
les conséquences de ses expériences
destructrices.

On peut suivre l'évolution
de Fukushima d'heure en heure
sur le site du Nouvel Obs
entre autres,pour ce que ça vaut.
Les médias disent n'importe quoi,
les experts se contredisent,
c'est l'improvisation devant
l'inconnu.
Chose certaine la situation
se dégrade et semble hors
contrôle depuis le début.

Ces centrales ont été construites
AVANT les événements de Three Miles
Island aux US et on aurait pas tenu compte d'une possible fusion
des réacteurs(en cas de pépin) dans leur conception,
d'après ce que j'ai lu.

Maintenant on veut essayer
d'arroser les réacteurs
avec un camion-citerne
et des hélicos...
Plus désespéré t'essaies
d'éteindre un feu de forêt
avec un pistolet à eau.

Trêve de mots.
Mes pensées au peuple japonais.

MakesmewonderHum a dit...

Et si c'était si facile... bin non, les choix qui s'offraient versus les choix qui s'offrent aujourd'hui. Croyez-vous vraiment qu'aux japonais, qui avaient vécus, survécus plutôt à 2 bombes atomiques, l'évantail de sources d'énergies était illimité dans les années soixante, à la naissance du nucléaire? Les choix qui se font se font toujours par rapport à un contexte bien précis on ne peut pas faire du coq à l'âne avec l'histoire, juste la regarder bien dans les yeux. Malgré tout le mal qu'on en dit, la maîtrise du nucléaire, à venir jusqu'aujourd'hui, comme énergie, son utilisation médicale, de la plus simple radiographie aller jusqu'à cartographier la structure même d'une cellule,d'un atome, ultimement comme arme dissuasive opposé à la barbarie ordinaire de l'humain et bien tout cela à sauver bien plus de vies humaines, qu'elle en a enlever. Rien de ce que nous faisons où inventons comme humains est une parfaite panacée à nos besoins sans cesse grandissant. L'humanité représente la pire des menaces pour l'humanité, bien involontairement.
Cesser d'apprivoiser cette ressource équivaut à ne plus accepter et comprendre le fonctionnement même de l'univers qui nous entoure. On se brûle un peu avec la fission en ce moment, la fusion, elle, lorsqu'elle aura livrée tous ses secrets nous libèrera un peu de plusieurs esclavages qui nous entravent.
__It's a long journey ahead, many will die, the truth, none will survive anyways!

MakesmewonderHum a dit...

En comparaison, la rupture du seul barrage de Banqiao, en Chine à provoqué la mort de 150,000 habitants et du double par les famines qui lui sont attribuées par la suite. Est-ce que les chinois avaient fait un choix écervelé en bâtissant un barrage capable de résister à une pluie, historiquement prévisible, mesurable de 1000mm de pluie? Sauf que la nature, elle, a rehaussé ce record à plus de 2000mm pendant le typhon Nina. Des bris de barrages aux conséquences épouvantables jalonnent l'histoire récente. Je ne suis pas ici pour faire l'apologie du nucléaire, loin de là, la mise à niveau de Gentilly 2 est une abérration totale, ici, au Québec on pourrait avec ces 2 milliards, investir dans la géothermie profonde, ce que je crois être une solution beaucoup plus convenable pour nos besoins en "chaleur" pour laquelle l'énergie électrique est mal adaptée. Sauf que le Québec c'est loin d'être la planète entière et pour ces raisons la filière nucléaire doit-être maintenue, d'autant que les nouveaux réacteurs sont le jour et nuit en comparaison avec ceux de Fukushima.

Yvan a dit...

Va pour la médecine et la science,
je suis d'accord mais comme moyen de production d'énergie domestique à grande échelle j'suis beeeennnn loin d'être convaincu.
Assez d'accord aussi sur ton point
de vue philosophique.
On pourrait argumenter
longtemps avec les chiffres
quant aux décès reliés aux différentes formes d'énergie produites mais un simple rappel concernant Tchernobyl s'impose:
échelonné sur les années
on estime à 200,000 le nombre
de morts réelles,sans compter le nombre de malformations génétiques chez les nouveaux-nés(peut-on parler de morts-vivants
et de vies familiales brisées?!).
330,000 personnes déplacées,
500,000 km carrés irradiés,
finis,impropres à toute culture pour des décennies et on est loin
d'avoir fini de comptabiliser
toutes les conséquences parce
que ça se poursuit dans le temps.

Un barrage qui cède,le nombre
de victimes s'arrête un moment donné.Avec le nucléaire non,
ça continue.

Autre détail très important:
les déchets nucléaires.
On fout ça dans le sous-sol
en se crissant bien
des conséquences pour les générations futures,sans savoir
si ça restera confiné sans polluer
les eaux souterraines.
Faut soutenir la croissance!
Notre consommation effrénée!
On est d'accord pour Gentilly 2,
2 milliards pour la simple réfection d'une centrale
produisant 2% de notre électricité québécoise...
J'ai l'intime conviction
que tout l'argent consacré
au nucléaire depuis les années
soixante aurait mieux servi
d'autres sources d'énergie
telles solaires et géo-thermique
comme tu dis.
Ouais on a fait un choix,
le mauvais.
Je veux bien croire aux
spécificités géo-politiques
mais construire des centrales
près d'une faille sismique majeure
c'est la meilleure recette de cocktail explosif.
En plus on arrive plus à prévoir
l'ampleur des catastrophes naturelles tant la planète est malade.Sans compter les erreurs
humaines possibles.
Non vraiment,j'espère juste
que les récents événements
provoqueront un moratoire mondial,
une révision systématique de toutes les centrales,des mesures
de renforcement et un démantèlement de toutes celles
qui pourraient poser le moindre
problème en même temps que des investissements massifs
dans les énergies propres et renouvelables.
Il est permis de rêver.

Je suis pas naïf au point
de tout démanteler cette filière
mais un gros "break" est nécessaire
en même temps qu'une ré-orientation
majeure vu la demande croissante
en énergie.Notre consommation
folle est un problème majeur.

J'en reviens à la bêtise de l'homme qui préfère de loin
la fuite en avant à l'arrêt,
la réflexion et le long terme.
En ce sens je suis moins optimiste
que toi mon cher. ;)

anne des ocreries a dit...

Rien n'est jamais simple, ouais.:/
Souvent, j'ai peur de ce qu'on fait de nous. Que maîtrisons-nous de nos propres vies ?

Je reste atterrée devant l'effroyable.

MakesmewonderHum a dit...

La géopolitique de l'après-guerre a dicté les principaux choix et l'absence des meilleurs de ceux-ci...pour les perdants. La France, comme empire colonial déculotté, en Afrique du nord et au Moyen-Orient n'avait pas vraiment d'autres options, d'autant quelle avait une assez bonne maîtrise et parmi les meilleurs physiciens et ingénieurs. Malheureusement le solaire n'était pas encore envisageable à grande échelle, dès que cela a été, le France a bien saisie la balle au bond p.c.q toujours isolé sur le plan énergétique, un peu comme l'Allemagne. On commence à peine à avoir un peu de rendement dans le solaire passif, les coûts au kw/h exorbitant. L'idéal serait un partage équitable des ressources sur la planète, ce qui éviterait tant de complications, mais à regarder notre bêtise au Moyen-Orient, je crois que nous en sommes encore là à attendre , un peu impuissant à notre mesure. Et il y a cette foutu planète qui pète en sacrament des fois, j'demande pas mieux quelle se repose les hormones un peu, mais alors comment lui dire.

Yvan a dit...

Ce sont nos hormones qu'on devrait
calmer plutôt,la pauvresse n'en peux plus.
Le pillage du Sud par le Nord
se poursuit pendant ce temps.

Il nous faudra adopter la simplicité volontaire
si on veut survivre,
réduire notre consommation
et mieux partager les richesses
comme tu dis mais ça,voilà
des décennies qu'on en parle
et que pouic,nada.
Business as usual.
La majorité est juste pas
prête encore,elle dort au gaz
de son standing de vie,son petit
nombril tenue par la corde de ses paiements d'hypothèques,de la nouvelle piscine,du char 60 versements et ses 56 lubies entretenues par un système pensé
à cet effet par une infime minorité
aristo-financière remplissant
ses poches de l'assiette au beurre
collective.

Beau sujet de déprime,
c'est pas ça qui manque.

Yvan a dit...

Anne pose une bonne question:
que maîtrisons-nous?

Yvan a dit...

...De nos propres vies?

Rien ou si peu je suppose
à part nos vies et encore,
faut pas être frileux.
;)

Yvan a dit...

Mais j'aime bien être confronté
encore ou sinon recevoir des opinions franches qui peuvent
trancher intelligemment.

Sachez-le, et je remercie
ceux et celles qui ont
la délicatesse des mots
pour me le faire savoir;
tout est dans la manière,
ou presque.

MakesmewonderHum a dit...

La première chose qui m'vient à l'esprit, la liberté. On ne l'a conçoit pas tous de la même façon, ni n'en ressentons pas tous les mêmes degrés, mais,ici, pour la plupart d'entre nous elle est bien réelle. Je regardais, hier "Enquêtes" à R.C sur le lien direct entre la fabrication des cellulaires et le traffic des métaux rares au Congo avec ce que cela implique de merdouilles épouvantables sur ce peuple, ces peuples. Même nos plus mauvaises journées ne se transposent pas un seul instant en comparaison de ces souffrances et d'absence la plus fondamentale de liberté pour ceux-là.

Yvan a dit...

Le cas que tu soulèves
judicieusement n'en est qu'un
parmi des centaines d'autres
à travers l'histoire récente.

NOUS du Nord,
exploitant EUX du Sud.
La terre est coupée en deux
par l'équateur(pour résumer
grossièrement)concernant
la course à l'énergie
et l'exploitation des ressources.

Pour moi c'est l'histoire
d'une course de consommation
folle,droite vers le mur
de l'extinction.
Menée par les USA,
suivie de près par la Chine
et l'Inde.
Et nous tous,complices.
Elle n'arrêtera pas de sitôt.

À qui la médaille d'or?