lundi 30 juillet 2012

Skippy, si tu me voyais...



T'aurais honte de moi.
Tu auras honte, correction.

`Tain Skippy.
Si seulement tu pouvais voir ce qui s'en vient...
Au mieux, si t'es tolérant tu fermeras les yeux
cette fois-ci.

Malheureusement ce n'est pas fini, non.
Le pire est à venir.

"Skippy, oh Skippy...
Regardez tous avec nous.
Skippy, Skippyyyy...

Notre ami le kangourou."

Son ami le koala vint en face de lui
mine de rien et lui demanda droit dans les yeux:

-"Mais mais Skippy!
 Kesse tu fais-là?
 La colonie et moi ne sommes pas habitués
 à te voir ainsi agité!
 Aurais-tu par hasard une question philosophique
 à nous poser?!"

Skippy répond:

"Ben té don ben d'adon l'koala, grosse pâte molle de par notre rang!
 J'en ai justement une juteuse pour toi, gros cul plein d'merde!

"Restons polis si tu veux bien Skippy,  je n'accepterai pas l'insulte
sous forme de question aujourd'hui!"

"Je reste poli, bouffi."

"Et ta poche Skippy, elle grimpe aux arbres?"

"Sale koala, t'es gris comme un paresseux en novembre."


Nos deux confrères continuèrent donc à deviser
de leurs vies en attendant la suite de leurs aventures,
à défaut d'une question philosophique résolue.


8 commentaires:

anne des ocreries a dit...

ah, Skippy, toute une époque....je rêvais de monter dans un aéroglisseur, quand je voyais ça ! et d'avoir un kangourou aussi ! :)

manouche a dit...

J'ai peur que tu sois trop vieux pour chanter avec moi les Barbapapa!

Yvan a dit...

Trop djeune tu veux dire! ;)
Je doute fort que ces émissions
se soient bonifiées avec le temps.
C'était assez naze Skippy,
une fois la surprise du kangourou
passée. Je préférais le dauphin
Flipper,plus d'action.:)

la pop masochiste (le détruit) a dit...

http://www.youtube.com/watch?v=ACD1rH-geZQ&feature=related

une fois, dans l'ambulance, un pompier de "chez eux" m'a foutu un doigt ganté dans l'anus, sous prétexte qu'il devait évaluer si je n'avais pas d'hémmoragie interne, suite à l'accident...

pi y'avait un sample de marie-charlotte en colère en train de dire "passe me le putain, passe me le!!!" après que j'ai dit son adresse à la police qui la connaissait déjà très bien à l'avance...

boardhell!

Yvan a dit...

Bé merde, on sait plus quoi faire
dans ces cas-là n'est-ce pas.
On sait plus quoi faire avec
cette purée de police.
Les agents hein les agents.
Je sais jamais si je dois
leur faire confiance ou pas.
T'es vraiment seul
dans ces cas-là.

Dans ta marde j'te dis,
c'est pas dröle,criss.
Hostie d'marde existentielle.

J'ai pas assez d'être en vie.
Je dois gagner cette salope.
J'ai pigé hein.
Fuck.
Fait chier.

Putain de merde,
comme vous dites.

xxx

jp le sincère a dit...

arrêtes de te la jouer, va :

http://www.youtube.com/watch?v=Sa6bI_95G9I

la police est ma mère

thon jp a dit...

http://www.youtube.com/watch?v=h1jli9L1gyI

Yvan a dit...

Djipii...Djipiiii...
Notre ami le tout l'temps fou.
J'aime bien la mandoline
et cette couleur de cordes
particulière que cet instrument
apporte.

Si ta mère est la police,
je suis Ken.